dimanche 12 juillet 2009

Jogging mental

Peut-être avez-vous lu ce très intéressant article (traduction française ici) selon lequel Internet transforme notre manière de penser… pour le pire. Internet pousse à la dispersion de l’esprit. Presque tous les textes sont courts, et la plupart du temps on n’en lit qu’une partie avant de cliquer sur un des nombreux liens que contient chaque page. On lit pendant un instant, puis on passe à un autre lien, on papillonne d’idée à idée sans les approfondir… Des gens qui ont beaucoup utilisé Internet pendant de nombreuses années racontent avoir perdu leur capacité de se concentrer sur de longs textes, et l’auteur compare la situation de son cerveau à celle de l’ordinateur HAL de « 2001 L’odyssée de l’espace », quand il est inactivé par Bowman, le dernier astronaute vivant, et qu’il sent son esprit s’engourdir et perdre ses capacités.

Maintenant : pourquoi le jogging, qui est apparu en Nouvelle-Zélande au début des années 60, s’est-il répandu dans le monde entier jusqu’à devenir une mode importante dans les années 70, et pourquoi cette mode n’est-elle jamais passée et persiste 40 ans plus tard? Pourquoi le jogging n’est-il par apparu plus tôt, et pourquoi en fait-on encore aujourd’hui?

Bien sûr, c’est parce que le monde avait changé, et que le jogging est une réponse à ce changement. Dans les décennies précédentes, les voitures, les machines et le travail cérébral se sont imposés. Il est devenu courant de vivre sans avoir besoin de faire des efforts physiques. Les conséquences désastreuses sur la santé sont apparues peu à peu.

Au temps de Maria Chapdelaine, il aurait été absurde de faire du jogging. La vie à la ferme à l’époque des chevaux impliquait des efforts physiques constants, alors… L’exercice physique était inévitable. Le monde a changé durant le vingtième siècle, et particulièrement dans les années 50. Ajoutez quelques années, et les maladies cardio-vasculaires ont commencé à faire des ravages. D’où le jogging. Le monde avait changé, donc il a fallu s’adapter en faisant de l’exercice régulièrement.

Supposons maintenant que Nicholas Carr, l’auteur de l’article dont je parlais au début, a raison et qu’Internet a sur notre esprit les mêmes conséquences désastreuses que la voiture et le travail cérébral ont eues sur le corps. Des gens qui ont passé beaucoup de temps sur Internet, et qui pouvaient lire un livre pendant des heures, sentent maintenant leur attention disparaître après deux pages. Certains anciens grands lecteurs ne lisent plus de livres car c’est devenu trop pénible. Leur capacité de concentration a fondu à cause des années à naviguer sur Internet. Que va-t-il se passer?

La capacité de concentration prolongée étant une composante importante de l’intelligence, on peut supposer que ces personnes vont être désavantagées par rapport aux gens qui lisent toujours beaucoup de livres… qui font de l’exercice mental, finalement. Et c’est ainsi que les gens qui « s’entraînent » en lisant romans ou essais deviendront favorisés par rapport aux autres, qui seront de plus en plus superficiels et auront de la misère à absorber des problèmes en profondeur et à y réfléchir.

On essaie de vous faire croire que lire un roman papier est archaïque? Au contraire, vous êtes en avance : vous faites du jogging mental, une activité qui deviendra à la mode dans une dizaine d’année et qui est destinée à augmenter sa capacité de concentration et à lutter contre les effets néfastes d’Internet sur le cerveau. Vous et moi en faisons déjà, par pur plaisir… Ce qui m’inspire un slogan : Lisez « Sonate en fou mineur », ça protège votre intelligence!

2 commentaires:

  1. Très, très intéressant comme sujet. Je fais comme tout le monde et je me promène de liens en liens sur Internet en lisant un paragraphe ici et là et je trouve que ce que vous dites fait beaucoup de sens. J'ai l'impression que ma concentration n'est plus ce qu'elle était et je pense que vous avez trouvé la source du problème ou du moins, quelque chose à faire très attention. Il est donc temps de se remettre à lire des bouquins ENTIERS et non pas des petits bouts de textes à droite et à gauche.

    Encore une fois, vos commentaires sont très à propos: excellent!

    RépondreSupprimer
  2. Hello Eloi,
    Je ne suis pas inquiète, je "jogg" dans tous les sens du mot: mentalement en lisant articles et romans et physiquement en grimpant plusieurs fois par jour des escaliers... car pour moi, courir avec un ipod aux oreilles, pas vraiment. Je préfère le jardinage, la rénovation, la couture... je crois que je suis du modèle pour qui l'activité, quelle qu'elle soit, doit produire un résultat concret. Je m'en vais demain à ma maison de campagne ou le terrain présente une pente de 45 degrés, c'est mon "Sautilus" personnel.
    J'aurai donc le plaisir de lire plus d'une de tes chroniques à la fois lors de mon prochain passage à Montréal.
    A bientôt,
    Ancienne complice

    RépondreSupprimer