dimanche 21 juin 2009

Nouveau roman

Dans ce palpitant article (qui démolit Arthur Sulzberger, le patron du New York Times), l’auteur parle de la manière dont la caméra a transformé le théâtre. En résumé :
1. le théâtre existait
2. la caméra est arrivée
3. on a fait les premiers « films » en filmant mécaniquement des pièces de théâtre
4. on a commencé se servir des possibilités que le nouveau médium apportait (par exemple en variant les plans et en travaillant le montage)
5. une nouvelle forme artistique est née : le cinéma (ce qui n’a pas empêché le théâtre de continuer de son côté).

L’auteur fait un parallèle avec les journaux. Ils existaient sous forme imprimée. Internet arrive. On a donc mis les journaux sur internet d’une manière qui ressemble beaucoup à leur forme imprimée. Mais cette forme va évoluer et devenir quelque chose de nouveau, quelque chose que nous n’avons pas encore trouvé. (Ajout personnel : s’ils ne crèvent pas avant.)

Autrement dit : le médium influence le contenu, mais cette influence prend du temps à apparaître.

Faisons un parallèle avec le roman : il existe depuis des centaines d’années sous forme « livre imprimé ». Je pense, et j’espère, que cette forme va demeurer, car lire un roman à l’écran me semble beaucoup moins agréable que sur papier. Je suis en train de relire « Les diaboliques », de Jules Barbey d’Aurevilly, dans l’édition des classiques Garnier. J’aime cette édition à la couverture jaune, j’aime ce livre, qui a une cinquantaine d’année. Je n’aurais pas le même plaisir à relire ces nouvelles sur un écran ultra-moderne… surtout que je passe mes journées devant un écran.

Mais, qu’on le veuille ou non, internet et les médias électroniques sont là. Comme le théâtre, comme les journaux, le roman va être touché par ce nouveau médium. Il s’y retrouve déjà. Certains romans sont déjà disponibles sur internet, et ceci ne peut qu’augmenter, même si le roman-papier continue à exister. Que va-t-il se passer? Est-ce que la forme de ces romans à l’écran va évoluer, sous l’effet de nouvelles possibilités offertes par le médium, et qu’un nouveau roman va apparaître? Un véritable « nouveau roman », pas comme les niaiseries cérébrales sorties en France dans les années 60, mais une nouvelle forme de l’écriture romanesque?

Si ce parallèle est exact, nous nous trouvons au stade équivalent à celui des pièces de théâtre filmées : il n’y a pas grand chose de nouveau. Certains blogues se retrouvent en librairie sous forme de livre, c’est vrai, sinon il y a le « faux blogue fictif » qui est apparu et qui est presque une nouvelle forme de fiction : un blogue qui raconte une histoire supposée être vraie du style « je suis victime d’inceste », sauf que l’auteur ment. Tout est inventé, même si les lecteurs n’en ont pas été avertis. Le progrès, ici, semble surtout au niveau de l’hypocrisie. Ça marche parce que les gens sont encore un peu naïfs, mais je doute que ça continue longtemps.

J’ai l’impression qu’il existe des idées qui ne demandent qu’à apparaître… mais quelles sont-elles? Ce n’est pas en ajoutant des hyperliens dans tous les coins qu’on va faire un roman intéressant, d’accord. Alors, même si le roman-papier demeure très populaire, un « nouveau roman » apparaîtra-t-il? Si oui, comment sera-t-il? La question est ouverte! Suite dans les prochaines années...

11 commentaires:

  1. Comme tu as raison, lire un roman à l'écran me semble inimaginable.
    Lire un roman c'est une détente, ça doit se faire assis dans un fauteuil confortable ou dans son lit ou en trempant dans son bain.
    Peut-être ai-je aussi travaillé trop longtemps devant un écran pour pouvoir y associer le calme et la détente.

    C'est quand même toujours un plaisir de te lire ( même si c,est à l'écran!!)
    Ancienne complice

    RépondreSupprimer
  2. C'est bien vrai, ancienne complice. Personnellement, je lis toujours soit allongé sur un divan ou dans mon lit. Jamais dans mon bain, mais j'ai bien envie d'essayer ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Très intéressante, ta réflexion! DÉjà au Japon on voit apparaître des romans à lire sur téléphones cellulaires (je ne me souviens plus des détails, je vais essayer de retrouver l'article); que nous réserve l'avenir?

    RépondreSupprimer
  4. Voici l'article en question:

    http://www.ledevoir.com/2008/04/19/185883.html

    RépondreSupprimer
  5. Très pertinent, cet article, Grominou! Verrons-nous le même phénomène ici? Et moi qui déteste les cellulaires!

    RépondreSupprimer
  6. En tous cas moi il faudrait qu'on me paye (cher!) pour que je lise ça! D'ailleurs je n'ai même pas de cellulaire! ;-) Enfin, si ça prend ça pour intéresser les jeunes à la littérature...

    RépondreSupprimer
  7. L'invention de l'imprimerie fut sans contredit la plus grande invention humaine après la roue. Démocratisation des connaissances et des idées, le livre imprimé devint l'outil par excellence de l'accessibilité et à la diffusion de l'information!

    Et voici, qu'internet ouvre encore plus grandes les portes et nous propose des milliards de sources d'informations. Accès à de grandes bibliothèques universitaires, sources de nouvelles en tout genre, blogues, informations quasi instantanées, univers de relations, d'échanges et d'opinions. Internet influe sur notre quotidien comme le livre l'a fait mais à la puissance 1000.

    Est-ce que le livre est en danger? Je n'y crois pas, j'espère que non. Je suis même convaincu du contraire! J'ai l'impression que, grâce à ces milliers de sources stimulantes, il ne s'est jamais autant vendu de livres dans le monde. Peut-être que ce n'est qu'une impression. Il y a une grande différence entre le livre et les journaux.

    Ton site est vraiment très intéressant! Concernant ton roman, je me suis permis d'écrire un petit billet à ton sujet sur mon blogue.

    Bonne continuation!

    RépondreSupprimer
  8. @ Benoît: oui, nous avons la chance de vivre à une époque de grands bouleversements qui ouvrent de nombreuses possibilités... C'est l'occasion d'avoir de l'imagination pour en tirer le meilleur parti possible!

    Pour les curieux, le texte de Benoît sur mon roman est ici

    RépondreSupprimer
  9. salut je m appelle elisa j ai 12 ans et j aime ecrire des histoire feerique
    vous les adultes quand vous ecrive votre imaginaton et la mais votre enfant n ai plus la moi je trouve que les histoire de maintenant devienne de plus en plus la mm chose crime,sex,mariage ...
    donc vous les fana de livr si vous lises se commentaire reflechisser quand vous ecrive ne faite pas des histoire qui racnte tout le temps la mm chose vous devez refaire revenier votre coeur d enfant

    elisa

    RépondreSupprimer
  10. bonjour je suis encoreelisa mais j avais oublier de note quelque choses tout peux exister tout es reelle

    RépondreSupprimer
  11. @ Élisa: merci pour tes commentaires qui sont très intéressants, et j'espère avoir un jour l'occasion de lire tes histoires. Bonne chance avec l'écriture!

    RépondreSupprimer